Alejandro Picciano

Guitare et direction

Né à Buenos Aires et habitant en Europe depuis 2002, Alejandro Picciano a une riche trajectoire qui lui a permis de créer ou de participer à une vingtaine de disques. Musicien autodidacte depuis l’enfance et influencé par divers genres populaires tels que le rock, le jazz ou encore le folklore argentin, il conjugue ces derniers avec sa passion pour le tango, à qui il apporte, avec sa guitare électrique, un style éminemment personnel et un son très innovant.

Il a étudié auprès de grands maîtres tels que Marcelo Mayor, Armando de la Vega et Juan Benitez, et a suivi le cursus de musique populaire enseigné à la SADEM (École de musique du syndicat de musiciens de Buenos Aires).

En tant que guitariste soliste, il enregistre les cinq disques de la chanteuse Mariel Martínez, dans lesquels il est chargé des arrangements et de la direction musicale, et dont les excellentes critiques ont donné lieu à une série de concerts en Espagne, en France, en Angeleterre, Allemagne, Italie, Portugal, Russie, Maroc, Argentine,etc…

Après avoir formé le groupe La Porteña Tango Trio, il enregistre avec lui en 2012 l´album Un placer! en direct du mythique Teatro Calderón de Madrid.

En 2013 il enregistre et arrange de nouveau un álbum pour Martínez, un disque intime intitulé Esos otros tangos, nominé pour le Prix du Meilleur disque de l’année aux prestigieux Premios Gardel 2014.

Il a l’honneur de participer également en 2011 à l’élaboration d’un disque de Litto Nebia, enregistrant à la guitare pour la chanson qui donne son titre à l’album, La canción del mundo.

En janvier 2015 il produit le spectacle et le disque Buenos Aires… Cuando lejos me vi qui a été représenté à neuf reprises au théâtre Compac de Madrid, marquant le retour du tango argentin sur les grandes scènes de la Gran Vía madrilène après une longue absence de plusieurs années; en septembre de la même année, il publie le DVD Cadiz enregistré en direct du Château de Santa Catalina.
Cette année en 2016, il enregistre à nouveau un album pour le label de Litto Nebbia dans le cadre du centenaire de la naissance d’Hector “Chupita” Stamponi, accompagné de La Porteña Tango Trío et de la chanteuse Eugenia Giordano, avec la participation de Litto Nebia lui-même, ainsi que celle d’Ana Sofía Stamponi, petite-fille du grand compositeur.

Pour courant 2016, il a monté et dirigé deux nouveaux spectacles, Qué me van a hablar de amor (les cent ans d’Hector Stamponi) et Danzarín, un hommage aux classiques instrumentaux et à la danse.